Mise au tombeau de 1454 ; cliquez pour agrandir
Mise au tombeau de 1454 ; cliquez pour agrandir

La Mise au tombeau

La Mise au tombeau de Tonnerre, exécutée en 1454, est un don de Lancelot de Buronfosse, un riche marchand tonnerrois.

Avec les terreurs de la Guerre de cent ans (maladies, famines, misère noire), il est coutume, pour les gens aisés, de faire des dons soit pour demander la protection de l'Au-delà, soit en remerciement d'avoir été épargné.

Au XVe siècle, la Bourgogne est l'un des centres artistiques majeurs de l'art en France et la ville de Tonnerre est un haut lieu de la sculpture.

Depuis des siècles, le sculpteur est tributaire de l'architecte ; la sculpture était alors soumise aux volontés des lignes architecturales (comme sur le tympan des cathédrales).
Ici, nous sommes loin des déformations visibles sur les tympans : l'artiste redescend sur terre, on approche de la Renaissance et c'est l'Homme qui intéresse.
C'est ainsi que la sculpture se détache de tout support pour prendre une forme en "ronde-bosse" et s'apparenter à une sorte de "tableau vivant", quasi de grandeur nature et dans un grand souci de réalisme.
A l'origine, elle était polychrome, comme celle que l'on peut admirer dans l'église de Chaource. Les deux gardes romains ont disparu.
Nous voyons le Christ étendu sur son tombeau, saint Joseph d'Arimathie à sa tête (place privilégiée car celui-ci aurait offert son propre tombeau au Christ selon l'Evangile de Jean). A sa gauche, Marie, soutenue par saint Jean, Marie Madeleine en orante, la chevelure dégagée, les deux Saintes femmes et saint Nicodème à ses pieds.

Cette oeuvre, en pierre de Tonnerre, a été exécutée par deux sculpteurs dont les noms ne sont connus que par la commande et le paiement de cette sculpture : Georges et Michiel de la Sonnette. Il est supposé que ce sont des artistes de l'atelier de Claus Sluter, venus des Flandres et dont le nom a été traduit en français pour l'occasion. Claus Sluter (1355-1406) avait d'ailleurs oeuvré à la Chartreuse de Champmol à Dijon (Puits de Moïse entre autres) quelques décennies auparavant.

Avez vous remarqué un anachronisme dans cette oeuvre ?
Nous vous invitons à venir admirer ce groupe sculpté pour trouver la réponse !